Vote du budget municipal : déclaration de la majorité

La baisse historique des dotations d’Etat (-12,5 milliards d’euros entre 2014 et 2017) qui touche toutes les communes de France, déjà privées des ressources de la taxe professionnelle, va entraîner de graves difficultés pour la mise en oeuvre des politiques publiques et menace les capacités d’investissement de services au public de toutes les collectivités territoriales.

Pour Montreuil, cette baisse pourrait atteindre la somme considérable de 12,5 millions d’euros entre 2014 et 2017.

Avec une telle perte sur les trois prochaines années, le budget de la ville de Montreuil se trouve, ainsi, profondément impacté par les décisions gouvernementales.

Au chapitre des conséquences, figure le ralentissement du rythme de construction annuelle de logements neufs sur la ville. En effet, construire impose de créer des équipements d’accueil pour les nouvelles  populations. Or, l’amputation budgétaire d’une part et le manque de soutien aux maires bâtisseurs d’autre part nous en empêchent.

Face à cette situation extrêmement difficile et dans le cadre de la préparation, en cours, du budget 2015, les élus de la majorité municipale ont fait le choix de la responsabilité et de privilégier l’intérêt des Montreuillois en décidant, comme la loi le permet, de voter le budget de la commune en février 2015, à la suite du débat d’orientation budgétaire qui aura lieu au Conseil municipal du 18 décembre prochain.

Les élus tiennent, par ce report, à se donner le temps nécessaire et les moyens de travailler à l’équilibre du budget de la ville et d’opérer, selon une méthodologie collégiale, les choix les plus pertinents avec comme seul objectif de conserver un haut niveau de services publics pour tous les Montreuillois.

Dans ce contexte budgétaire rendu très difficile, les élus de la majorité continueront donc, comme ils le font depuis le début du mandat, leur travail de modernisation pour une action publique communale performante et économe.

Parce que chaque euro dépensé doit être un euro utile, ils poursuivront aussi la chasse aux dépenses inutiles. Ils prioriseront les actions en fonction du meilleur service public rendu aux habitants, en ayant le souci de ne pas augmenter les impôts.  

Ils maintiendront les engagements pris de faire de l’Education et de la Jeunesse les priorités du mandat et poursuivront la mobilisation pour obtenir de l’Etat les investissements publics nécessaires pour améliorer la vie quotidienne des Montreuillois.

 Les élus de la majorité municipale considèrent que la situation faite aux habitants de Montreuil n’est pas juste. Les économies aveugles telles qu’elles s’appliquent sont contre-productives et socialement périlleuses.

 Ils souhaitent que l’Etat reconsidère ses priorités et garantisse aux communes les plus engagées sur le front social, écologique et de la rénovation urbaine, les moyens de leur fonctionnement et leur capacité à offrir aux populations des services publics de proximité de qualité.