Retrouvons-nous le 31 au soir …

Lire le journal

Lire le journal

En 2015, Montreuil aura connu des drames et des douleurs inédits : la disparition de cinq de ses enfants dans les terribles attentats qui ont frappé notre pays. En janvier, c’était Tignous, dessinateur qui tombait, aux côtés de ses collègues de Charlie Hebdo, sous les balles de meurtriers. Le 13 novembre, au Bataclan, ou à la terrasse de cafés parisiens, c’est quatre des nôtres qui étaient littéralement massacrés comme 126 autres femmes et hommes, par des assassins affublés des oripeaux d’une religion qui les condamne.

Ces événements furent un choc violent pour les Montreuillois et nous en ressentons toujours les répliques. Meurtrir, terroriser : les auteurs de ces crimes espéraient aussi déclencher des réactions tout aussi brutales, nous entraîner dans le cycle infernal de la haine des uns et des autres. Leurs manœuvres mortifères ont échoué.
À Montreuil, dans la plus grande dignité, c’est une population dans la richesse de sa diversité qui a salué les victimes des attentats de janvier puis de novembre.
À chaque fois, j’ai réuni les associations laïques et les représentants de nos religions. Toutes et tous m’ont fait part de leur condamnation des crimes odieux et, surtout, ils ont souligné la nécessité vitale de poursuivre notre travail et nos actions afin de renforcer toujours et encore l’unité des Montreuilloises et des Montreuillois.
Vous le savez, j’ai fait de l’unité de Montreuil la base de mon engagement. Les événements nous poussent à traduire plus vite et plus fort cette volonté.
Je l’ai déclaré à maintes reprises : la meilleure façon d’être unis, c’est d’agir, de construire, c’est d’avoir des projets communs élaborés et choisis ensemble.

En 2015, avec l’élaboration du budget participatif, nous avons jeté de nouvelles bases concrètes de cette manière de faire et de vivre ensemble. 287 projets ont été déposés et travaillés par des collectifs de Montreuillois. 125 propositions ont été retenues puis présentées lors d’une formidable assemblée générale, avant d’être soumises à votre vote. Adopté, chaque projet sera exposé dans ces colonnes.

Cette pratique collaborative, démocratique, sera poursuivie en 2016.
Elle sera même développée. Nos quartiers, dont vous pouvez découvrir dans Le Montreuillois l’activité débordante, doivent devenir des lieux d’échanges et d’expériences communes intenses.
Partager, toujours et encore, être plus que jamais concrètement solidaires… voilà ce que nous allons encourager et développer à Montreuil. Ce sera la meilleure réponse aux barbaries et aux égoïsmes qui nous assaillent. Ce sera le meilleur exemple que nous aurons à offrir aux jeunes Montreuillois afin de leur montrer que le souci de son prochain et le bien commun sont des valeurs qui rendent la vie plus riche, plus intéressante.
Pour ce faire, nous avons besoin de toutes nos ressources. Vous le savez, nous sommes confrontés à un désengagement de l’État qui entend nous priver de dotations budgétaires qu’il nous doit pour des services qui étaient de son ressort et que nous assumons aujourd’hui. Cette privation doit réduire nos ressources de plus de 12,5 millions d’ici 2017. De nombreux maires ont choisi d’augmenter immédiatement les impôts locaux perçus par les communes pour combler les manquements de l’État. J’ai refusé cette option. Cela nous oblige à une maîtrise nouvelle de nos dépenses. C’est ce que nous avons fait. Il demeure qu’on ne peut appauvrir constamment nos communes. L’État doit donc revoir sa copie dans ce domaine. J’aurai besoin de vous pour le lui rappeler dès le début de l’année prochaine.
Dans quelques jours, ce sera le temps des retrouvailles en famille, notamment, pour Noël et souvent entre ami-e-s pour le dernier jour de l’année. Je souhaite que ces fêtes de fin d’année soient l’occasion pour chacune et chacun d’entre vous de faire le plein d’affection, de bon temps.

Le soir du réveillon du nouvel an, ayons le souci de ne laisser personne de côté.
Avec les bénévoles, qu’il faut ici saluer, je serai au Banquet solidaire de Montreuil que nous organisons dans l’enceinte de l’hôtel de ville. Nous y lèverons nos verres à la nouvelle année, à l’amitié et à la solidarité.

Bonnes fêtes à toutes et à tous !