Rapport parlementaire sur la Seine-Saint-Denis : la République en échec

Dans mon dernier billet de blog intitulé « Pourquoi j’ai rejoint le mouvement des maires de banlieue et de leur population »,  j’espérais sincèrement, à la suite du rapport Borloo, que le 22 mai deviendrait une date historique pour nos quartiers populaires, avec des engagements forts de l’Etat et du Gouvernement,  par la voix du Président de la République.

Unanimement, le discours d’Emmanuel Macron, a déçu toutes les personnes qui travaillaient sur le sujet depuis cet été et pour la plupart depuis des années, élus, associations, acteurs locaux et sans doute Monsieur Borloo au premier chef.

Il a manqué dans le discours du Président la reconnaissance de l’injustice, érigée en système, faite à nos quartiers populaires et à leurs habitants, la reconnaissance du manque de service public dans des endroits où nous en aurions pourtant le plus besoin. Le Président de la République a manqué tout simplement d’humanité, loin, très loin de la prise de conscience de la réalité de nos situations sociales et économiques, que nous attendions.

Très peu de moyens concrets ont été annoncés, la plupart des annonces ont été décalées à l’été ou la rentrée prochaine.

Pendant plusieurs semaines, les éléments de langage sur le fait que « des milliards avaient été investis » en « banlieue » ont été diffusés, laissant ainsi croire que la question des quartiers populaires n’est pas liée aux moyens que l’Etat décide de consacrer aux services publics, d’Education, de Santé, de Justice, de Police et de Transports.

Cette stigmatisation, à la limite mensongère, est à combattre.

Oui de l’argent a été investi dans la rénovation urbaine, et heureusement car les conditions de vie qui étaient faites à des millions de nos concitoyens étaient indignes de l’idée que nous nous faisons de la République.

Non la Seine-Saint-Denis n’est pas l’objet de toutes les attentions et de tous les investissements.

Dans ce combat, un rapport parlementaire présenté hier à l’Assemblée Nationale, dénonçant « La République en Echec », démontre cette situation de manière chiffrée et réaliste.

Ce rapport, je souhaitais vous en faire part, il nous sera utile dans le message que nous souhaitons porter : nos quartiers populaires ne réclament pas plus, ils ont moins et souhaitent l’équité républicaine et le rétablissement des services publics.

A la suite de la présentation du rapport certains députés ont demandé l’organisation d’Assises de l’Egalité en Seine-Saint-Denis, j’y souscris pleinement.

Une nouvelle fois, vous pouvez compter sur moi pour continuer le combat, plus que jamais nécessaire, afin d’obtenir réparation et justice pour nos quartiers populaires, pour nos associations et pour nos services publics.

Patrice BESSAC, Maire de Montreuil


Pour lire le rapport parlementaire, cliquez-ici