Non-lieu dans l’affaire du Méliès

Le tribunal de grande instance de Bobigny a rendu ce lundi 23 février une ordonnance de non lieu dans « l’affaire » du Méliès.

A l’issue de l’enquête et des auditions, «aucun des chefs d’accusation de détournements de fonds publics et de faux et usages de faux en écriture» n’ont donc été retenus contre les personnels du cinéma municipal. L’ordonnance du juge précise que ce conflit «s’est déroulé sur fond d’élections politiques d’ampleur médiatique certaine qui ont pu motiver et précipiter un recours» à la justice.

 Les personnels que j’ai décidé, dès le mois de juin dernier, de réintégrer  sont donc aujourd’hui lavés de tout soupçons par  le tribunal.

C’est une très bonne nouvelle tant pour les agents injustement incriminés, que pour notre cinéma et pour tous les Montreuilloises et les Montreuillois qui ont largement montré leur soutien à leur cinéma.

Pour le Méliès, c’est une nouvelle page qui se tourne.

C’est désormais en toute sérénité que les équipes, les élus de la ville et de l’agglomération Est Ensemble vont pouvoir, ensemble,  se consacrer au projet et à l’ouverture très prochaine du plus grand cinéma art et essai public d’Europe ; un nouveau complexe de 6 salles qui permettra de mieux exposer les films, de mieux accueillir les spectateurs, de rencontrer toujours plus de nouveaux publics, d’organiser toujours plus de débats, de rencontres et de temps de partage et de convivialité.

Le nouveau Méliès a un grand avenir, c’est tous ensemble que nous l’écrirons.