La douleur, le désir et l’espoir …

Montreuillois_3

Lire le journal

À ceux qui font de la mort, y compris la leur, la finalité de leurs actes, nous répondons par la vie, par le désir de bien vivre ensemble, mettant nos actes quotidiens au diapason de cette volonté.
C’est ce message de vie qui nous a rassemblés dans notre maison commune pour commémorer la disparition tragique de trois Montreuillois lors des attentats qui ont frappé la capitale.
Par la grâce de la musique portée par la chef d’orchestre Zahia Ziouani, une vraie fleur de notre département, ce moment de recueillement fut aussi une manifestation de la solidarité, du partage et de l’union.
Nous savons que nos disparus portaient ces valeurs, nous devons donc, en leur nom, les faire vivre. Elles sont le contrepoison durable contre tous les totalitarismes.

L’esprit de solidarité est une des signatures fortes de Montreuil.
Des milliers, oui, des milliers de Montreuilloises et de Montreuillois, individuellement ou rassemblés dans le formidable vivier de nos associations, offrent leur temps et leur énergie pour le bien commun. Ce numéro du Montreuillois en est, encore, une juste et sincère illustration.
Dans la situation où nous nous trouvons, il faut faire plus. Travaillons à tisser des liens nouveaux dans chaque quartier. Cultivons les projets communs, comme c’est le cas avec ceux nés du budget participatif. Aidons-nous les uns les autres. Ces objectifs sont ceux de votre municipalité.

Quand ce journal sera entre vos mains, Montreuil sera en quelque sorte capitale mondiale puisque, en marge de la COP21, nous accueillons les 5 et 6 décembre «le Village mondial» en faveur du climat.
C’est un grand honneur pour chaque Montreuilloise et Montreuillois que notre ville ait été ainsi désignée pour recevoir un tel événement. Nous en serons dignes par la qualité de notre accueil, au service duquel notre personnel communal a mis tout son savoir-faire et toute son énergie.
Si nous avons été choisis, c’est aussi parce que nous sommes les artisans modestes mais convaincus d’une vie commune prenant soin de cette planète et de ceux qui y vivent.
En témoigne la réalisation de l’éco-quartier Bel-Air : là, comme dans les quartiers populaires de notre ville, des centaines de logements vont connaître une réhabilitation thermique, plus de confort et moins de dépenses d’énergie sont au menu de ces travaux qui visent notamment une gestion économe de l’eau.
La tenue de la COP21 a permis d’aiguiser nos consciences.
Notre planète est sur une pente climatique dangereuse et il faut réagir. C’est vrai. Il faut donc prendre soin de la planète. Mais il faut tout autant prendre soin des femmes et des hommes qui y vivent. Et nous devons nous interroger sur la pérennisation d’un système économique qui épuise et les uns et les autres en asservissant l’intérêt commun aux seuls intérêts privés.

Le progrès social et le progrès «écologique» doivent aller de pair.
C’est le bon moyen de faire reculer les inégalités, leur cortège de frustrations et la violence qu’elles génèrent. Notre monde, notre pays disposent des moyens pour satisfaire tout ou partie de ces objectifs, au nombre desquels figurent une bonne éducation, un bon métier doté d’une bonne rémunération, une économie au service d’un environnement restauré et protégé.
Il n’est nul besoin d’être sorti de la cuisse de Jupiter pour comprendre qu’un tel projet serait un formidable tremplin et un avenir ô combien enthousiasmant pour nos jeunes.
Les 5 et le 6 décembre à Montreuil, nous aurons l’occasion d’exprimer ce désir…