Une nuit au foyer Bara : exigeons des conditions de vie dignes pour les résidents

« Je demande à l’État, qui se rend ici complice d’une situation digne des pires marchands de sommeil, de prendre ses responsabilités, de respecter ses engagements et de mettre à l’abri les résidents du foyer Bara de Montreuil.
 »

Pour leur témoigner mon soutien, j’ai passé la nuit de jeudi à vendredi, aux côtés des résidents du foyer Bara.

J’ai décidé de montrer la terrible réalité des conditions de vie de ces Montreuillois qui payent un loyer à Coallia, gestionnaire du site : fuites, plafonds qui s’effondrent, insalubrité. Les sanitaires ne fonctionnent plus et parfois il n’y a pas d’eau chaude …  Les conditions dans lesquelles vivent les habitants du foyer sont indécentes, elles sont dangereuses, elles sont inacceptables. Elles sont indignes de notre République.

En 2013, après un constat de grande vétusté, un protocole de desserrement du foyer a été signé afin de permettre la démolition et reconstruction de ce lieu historique. Si deux résidences sociales ont déjà été ouvertes à Montreuil, cela n’est pas suffisant.

Depuis deux ans la ville de Montreuil propose une solution de relogement, des anciens bureaux, vides, propriété de l’État, pour mettre à l’abri les résidents rapidement. Solution que l’État refuse de façon catégorique et incompréhensible. Deux ans que les résidents attendent de pouvoir dormir dans un lieu sécurisé. Deux années durant lesquelles le foyer a continué à se délabrer.

Aujourd’hui je refuse les arbitrages bureaucratiques dont sont victimes les résidents du foyer Bara. Je demande à l’État, qui se rend ici complice d’une situation digne des pires marchands de sommeil, de prendre ses responsabilités, de respecter ses engagements et de mettre à l’abri les résidents du foyer Bara de Montreuil.
 J’ai rendez-vous avec le Préfet de Seine-Saint-Denis mardi, j’attends beaucoup de cet échange.