Bon pour vous, bon pour Montreuil, bon pour la France… 

Lettre-PB-JLM-BlogMadame, Monsieur, Chère Montreuilloise, cher Montreuillois, 

Le 23 avril prochain, nous serons appelés à faire des choix qui auront des conséquences pour notre vie quotidienne, pour notre avenir commun, pour celui de Montreuil et, surtout, pour celui de notre jeunesse qui a soif d’un devenir où elle puisse libérer pleinement son énergie créatrice. 

Nous allons quitter un quinquennat dont beaucoup me disent qu’ils en sortent plus mal en point qu’ils n’y sont entrés. 

Le choix d’une politique d’austérité a été nuisible sur le plan individuel aussi bien que sur le plan collectif, à l’instar de notre commune, privée d’indispensables ressources par la suppression de dotations dues par l’État. 

L’austérité a été néfaste pour notre économie nationale : elle a généré un pouvoir d’achat bloqué ou diminué, un chômage de masse paralysant et un sous-investissement industriel aggravé par le siphonage des liquidités au profit des dividendes versés prioritairement aux actionnaires. 

Ceux qui ont soutenu cette politique contraire aux promesses de 2012 se sont discrédités. 

Ceux qui, à droite avec MM. Fillon et Macron et à l’extrême droite avec le Front national des Le Pen, entendent la poursuivre sous un « look » nouveau doivent être défaits. 

Avec l’élection présidentielle du 23 avril puis avec les élections législatives du 11 juin, nous avons, grâce à notre bulletin de vote, le moyen de remettre les choses dans l’ordre. De faire enfin, à l’échelle du pays, la politique sociale, écologique, humaniste et pacifique dont tous et chacun ont besoin pour vivre mieux et s’épanouir. 

• Pour vivre mieux, les salaires et les pensions doivent être meilleurs. C’est possible. 

Il suffit de partager équitablement les richesses inouïes que notre pays produit, mais qui sont détournées au profit des actionnaires des multinationales et des rentiers de la dette publique. Résultat, la France est championne d’Europe en nombre de millionnaires… mais compte neuf millions de nos citoyens vivant au-dessous du seuil de pauvreté. Il faut en finir avec cette sinistre aberration. 

• L’argent ne doit pas aller à l’argent mais à l’investissement dans les nouvelles écono- mies riches en emplois, protectrices de l’environnement et de la santé des humains. 

• Nos communes ont été soumises au régime sec. Elles peinent à assurer leur rôle pour garantir l’égalité sociale et culturelle et amortir la crise. Elles sont obligées de limiter leurs investissements, privant nos habitants de nouveaux services publics, nos agents communaux de nouveaux outils et les PME-PMI de contrats d’activité avec les collecti- vités. Il faut renverser la tendance, et tout le monde s’en portera bien. 

Cette défense des intérêts communaux, et donc de vos intérêts, un candidat l’assure, c’est Jean-Luc Mélenchon. C’est pourquoi, comme en 2012, j’ai décidé de le soutenir. Ma démarche a elle-même le soutien, notamment, de mon adjoint Gaylord Le Chéquer, qui sollicite vos suffrages pour l’élection législative au nom d’une gauche à nouveau rassemblée pour qu’enfin les voix de Bagnolet et de Montreuil soient entendues et respectées à l’Assemblée nationale. Déjà plus de 1 400 femmes et hommes de toute la gauche, de nos quartiers le soutiennent : c’est une garantie. 

Trois autres propositions précises de Jean-Luc Mélenchon méritent notre attention et notre soutien. 

• À un moment où la guerre menace, il veut être un président pour la paix. Il refuse d’aligner la France sur une quelconque puissance militaire. 

• Il veut mettre fin au dumping social, à sa désastreuse course aux salaires les plus bas, et place l’écologie au cœur de sa démarche. 

• Enfin, il propose de fédérer le peuple autour d’une VIe République afin de « permettre l’intervention populaire ». 

Pour toutes ces bonnes propositions, pour la France nouvelle qui peut en naître et dont Montreuil et nous-mêmes pourrons tirer les plus grands bénéfices, je vous invite à voter le 23 avril en faveur de Jean-Luc Mélenchon

Je vous remercie de l’attention que vous aurez accordée à cette réflexion qui, je l’espère, concourra à vous forger une opinion au moment où notre avenir et celui de notre ville sont en jeu. 

Patrice Bessac,
Maire de Montreuil