Baisse des APL : les inquiétudes de Patrice Bessac pour le logement social à Montreuil

Mesdames, Messieurs les locataires de l’OPHM,

J’ai souhaité, aujourd’hui, m’adresser à tous les locataires de notre Office montreuillois après les annonces d’économies drastiques sur le budget du logement faites par le Gouvernement.
Les mesures présentées qui visent à réduire le montant des APL des locataires du parc social et à faire supporter cette baisse par les bailleurs comme l’OPHM vont pénaliser durement l’ensemble des locataires et mettre en danger les équilibres budgétaires de notre Office.

Cette mesure est d’autant plus injuste qu’elle impactera surtout les organismes qui, comme l’OPHM, interviennent sur les territoires les plus démunis et qui ont une politique d’accueil des ménages aux revenus les plus modestes.

En exigeant des bailleurs une réduction de loyer afin de compenser la baisse des allocations logement de 60 euros par mois, le Gouvernement va en réalité priver notre Office, c’est à dire, tous ses locataires de plus de 3,8 millions d’euros par an.

3,8 millions d euros c’est l’équivalent de la part de fonds propres nécessaires à la construction de 200 logements, la réhabilitation de 500 logements par an, ou encore une baisse conséquente des budgets consacrés à l’entretien courant de nos immeubles.

Avec cette coupe budgétaire, ce sont aussi les milliers de demandeurs de logement en attente d’une mutation ou d’un logement dans le parc social qui seront pénalisés.

Cette mesure est intolérable et dénoncée fortement par l’ensemble des organismes et des fédérations HLM, mais aussi par les associations de locataires, les organisations syndicales et les professionnels du bâtiment.

A Montreuil, le 17 octobre, une première journée de mobilisation a eu lieu, rassemblant les agents de l’Office et les locataires montreuillois.

Une pétition nationale a été initiée par des élus locaux de toutes sensibilités confondues. Elle est consultable à cette adresse : https://www.change.org/p/personne-sauvons-le-logement-social.
J’en suis signataire et je vous invite à la signer, vous aussi.

Pour contraindre le Gouvernement à renoncer à son projet injuste et porter la voix d’une réforme du logement favorable à tous les locataires et adaptée aux réalités de nos villes, nous devons poursuivre et amplifier la mobilisation.

Je compte sur votre engagement, à nos côtés, sachant votre attachement à notre Office Public et aux moyens de son fonctionnement.

Patrice Bessac