8 mars : L’égalité ne doit pas s’arrêter à la frontière des genres !

Chères toutes, chers tous,

Demain, c’est le 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes. C’est l’occasion de rappeler que l’égalité entre les femmes et les hommes reste un combat de tous les instants, à mener partout, par toutes et surtout par tous.

La ville de Montreuil se mobilise depuis longtemps en faveur des droits des femmes et contre les violences dont elles sont victimes.

Nous pouvons compter sur l’énergie et l’engagement de nombreux Montreuillois.es, très investi.es dans ces combats et qui, depuis des décennies, se mobilisent et agissent pour faire progresser le droit et les consciences.

Je veux les remercier toutes et tous très sincèrement pour le travail inestimable qu’elles et ils, accomplissent au quotidien.

Mais il nous reste collectivement beaucoup de chemin à parcourir.

Trop de comportements sexistes, trop d’inégalités, trop de violences continuent – dans notre ville comme partout dans le monde – de frapper douloureusement les femmes.

Cette situation doit toutes et tous nous interroger car elle nous concerne tous, à tous âges et dans toutes les sphères de nos vies.

Ne jamais tolérer aucun écart avec le principe d’Egalité, ne jamais laisser passer aucune marque d’irrespect, aucune violence, physique ou verbale.

Faire toujours progresser les consciences et permettre à toutes les femmes victimes d’être efficacement protégées. Voilà la ligne de conduite que nous nous sommes donnée et que nous nous efforçons, depuis 2014, de mettre en oeuvre.

Pour mémoire, à la ville de Montreuil, 60% des agents sont des femmes et, chez nous comme ailleurs, elles sont, davantage que les hommes, concernées par la précarité et la fragilité sociale et davantage concernées par le temps partiel et les congés parentaux. La fonction publique territoriale comme les entreprises privées doivent regarder avec lucidité ces situations et y répondre de façon déterminée.

L’année dernière, le plan de titularisation que nous avons lancé il y a trois ans, a permis d’aboutir à la mise en stage (la première étape vers le statut de fonctionnaire) de 165 femmes. Une belle façon montreuilloise, je trouve, de lutter contre leur précarité.

L’année dernière, nous avons également mis en place, avec l’adjointe déléguée au Personnel et l’adjointe déléguée à l’Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les violences faites aux femmes, un plan de lutte contre le harcèlement et les comportements sexistes au sein de l’administration montreuilloise.

Ce plan s’est traduit par une série de formations et la sensibilisation de plus de 600 agents municipaux. C’est un premier pas mais ce n’est pas suffisant. Elu.e.s, personnels de l’Office, personnels éducatifs, citoyen.ne.s, militant.e.s associatifs, syndicaux ou politiques. Nous avons toutes et tous besoin de formation et besoin d’échanger sur ces sujets.

Vous pouvez compter sur moi pour favoriser cette sensibilisation des Montreuillois.es et ce dès le plus jeune âge.

Montreuil sera d’ailleurs cette année, parmi les premières villes de France, à expérimenter la construction d’un « budget sensible au genre » au sein des Directions des Sports et de la Jeunesse et de l’Education Populaire. Après une évaluation qui permettra de déterminer si les orientations budgétaires renforcent la présence masculine dans certains équipements sportifs ou destinés aux plus jeunes, le budget de la commune pourra être réorienté de façon à améliorer la mixité dans nos équipements.

Lors du dernier Conseil municipal, mon adjointe, Riva Gherchanoc, a présenté le rapport annuel de la collectivité sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes (vous trouverez ce document sur le site de la ville).

Soyez certain.e de mon profond engagement pour mener à Montreuil ce combat pour l’égalité parce qu’à travers la question des droits des femmes, c’est la question de notre humanité à tous qui est posée.

Sincèrement,

Patrice BESSAC